Orientation vers le bureau d’accueil

Dès son inscription dans une commune, le primo-arrivant reçoit une information concernant  « l’accueil » qu’il peut ou qu’il doit (s’il est soumis à l’obligation) recevoir dans un bureau d’accueil de la part d’un travailleur social d’un centre régional d’intégration, appelé accompagnateur interculturel pour le C.A.I.

Toute personne étrangère ou d’origine étrangère peut se présenter spontanément au bureau d’accueil ou peut être orientée vers ce dispositif par un opérateur ou partenaire du C.A.I. 

Le bureau d’accueil peut se situer dans différents types d’espace public selon les accords que le Centre régional a convenu avec ses partenaires au niveau local. En province de Namur, il existe 8 bureaux d’accueil qui sont situés à Namur, Sambreville, Gembloux, Andenne, Dinant, Philippeville, Beauraing et Ciney. 

Le premier accueil : le « module d’accueil »

« L’accueil » proposé s’appelle le « Module d’accueil » est personnalisé et gratuit, selon les besoins et les disponibilités il est réalisé en présence d’un interprète.

PA coul et Wallonie

Le module d’accueil comprend :

  • un bilan social qui vise à identifier les besoins du primo-arrivant sur la base de ses compétences et expériences personnelles et à évaluer les acquis du primo-arrivant pour lui permettre de les valoriser. Le bilan social est réalisé à partir des informations communiquées par le bénéficiaire, notamment à propos de sa situation familiale, professionnelle, socio-économique, relationnelle, sa formation, santé, son handicap et de ses conditions de logement. Au travers de cet entretien, l’accompagnateur interculturel effectue un bilan des acquis, des diplômes, des équivalences éventuelles.
  • une information pertinente sur les droits et devoirs de chaque personne qui réside en Belgique. Le contenu de l’information est harmonisé de telle sorte qu’il s’applique quel que soit l’organisme qui dispense l’information en région de langue française. L’information sur les droits et devoirs porte au moins sur les thématiques suivantes : les droits et devoirs consacrés par la Constitution et par la Convention européenne des droits de l’homme ainsi que les droits et devoirs des bénéficiaires en matière de santé, de logement, de mobilité, d’emploi, de formation et d’enseignement. L’accompagnateur interculturel dispense ces informations de manière personnalisée, le cas échéant en recourant à un support audiovisuel ou informatique à titre complémentaire.

Le bilan social permet à l’accompagnateur interculturel d’apporter des réponses appropriées aux difficultés rencontrées par la personne étrangère ou d’origine étrangère en proposant une aide ou une orientation aux différentes démarches administratives qui pourraient être entamées.

Au terme, de ce « Module d’accueil », une attestation de fréquentation du module d’accueil est remise à la personne qui l’a suivi.

Les autres axes du parcours et la convention d’accueil

Selon les besoins exprimés et détectés lors du bilan social, un plan de formation consigné dans un document nommé « convention d’accueil » est construit conjointement par le primo-arrivant et l’accompagnateur interculturel du C.A.I. Cette convention est facultative et est conclue sur base volontaire.

La convention d’accueil propose un suivi individualisé et gratuit et permet à la personne étrangère de suivre, de façon linéaire et non exhaustive:

  • une formation à la langue française
  • une formation à la citoyenneté
  • une orientation socio-professionnelle

Signature et suivi de la convention / procédure d’évaluation

Au terme de ce parcours d’accueil, une évaluation est réalisée et une attestation peut être dispensée par le C.A.I. à la personne qui a accompli les démarches qu’elle s’était engagée de suivre dans la convention d’accueil. Ce processus se fait sur base volontaire.

A la fin de ce parcours, le primo-arrivant recevra une attestation de fréquentation aux programmes de formation du parcours d’accueil. Cette attestation peut être utilisée comme preuve d’intégration sociale.


Haut de page